Tamara

Au milieu des années 90, Tamara était une cliente du Bureau des services à la jeunesse (BSJ). Cette adolescente qui est devenue mère monoparentale a reçu son diplôme d’études secondaires, s’est trouvée un emploi et est devenue une jeune activiste avec l’aide du BSJ. Maintenant, elle travaille dans le secteur de la gestion de la vente au détail.

À ma première visite au BSJ, j’étais en 9e année. J’avais des problèmes de dépression et de colère. Ma consommation de drogues et d’alcool avait un effet de spirale sur mon comportement et mes actions. J’avais essayé de me faire du mal et je n’étais plus capable de prendre soin de moi-même. Mes parents et le conseiller en orientation de mon école m’ont orienté vers le BSJ. Je rencontrais régulièrement ma conseillère au BSJ afin de trouver d’autres façons de canaliser ma colère et ma dépression. Elle m’a grandement aidé. J’ai pu parler de mes problèmes personnels sans être jugé et sans perdre confiance en elle.

Nous avons régulièrement eu des rencontres jusqu’à la fin de ma 10e année. Au terme de nos séances, j’avais appris qu’il est acceptable d’être vexée, mais qu’il ne faut pas être violente. Elle m’a enseigné que plusieurs gens vivent dans la misère et que c’est à moi de trouver une façon d’y faire face. Lorsque je suis fâchée, c’est par ma propre faute, c’est parce que je m’accorde le droit d’être fâchée et de réagir d’une certaine façon. Elle m’a aussi aidé à composer avec mes problèmes de drogue. Elle m’a orientée vers un programme qui m’a beaucoup aidé. Mon cheminement a été difficile et a nécessité du temps, mais tout s’est terminé pour le mieux.

Le counseling m’a permis de découvrir le Comité consultatif régional sur la jeunesse. Ce comité m’a permis d’en apprendre davantage au sujet des diverses cultures et des divers problèmes auxquels font face les jeunes de notre ville. J’ai rencontré plusieurs jeunes et adultes de ma ville dans l’espoir de faire le pont entre les jeunes, les adultes, la ville, les médias et les fournisseurs de service. Je parlais au nom de la jeunesse d’Ottawa. J’étais fière de pouvoir rendre à la ville ce qu’elle m’avait donné.

Je n’oublierai jamais mon expérience au BSJ. Je ne serai jamais capable d’exprimer tout ce qu’ils ont fait pour moi, mais je veux que tout le monde sache à quel point je leur suis reconnaissante. Les leçons de vie que j’ai acquises, ainsi que la compréhension et l’acceptation des autres m’ont aidé à prendre des décisions au quotidien.

Quand je suis devenue enceinte à 19 ans, j’ai arrêté de consommer et je me suis éloignée des gens qui me causaient du mal. À l’âge de 20 ans, j’ai donné naissance à un garçon en santé. J’ai appris à conserver un emploi stable et j’ai reçu mon diplôme d’études secondaires. J’ai transmis à mon fils des valeurs très importantes et je lui ai enseigné à apprécier et à accepter les gens sans les juger par la couleur de leur peau, leur apparence, leurs vêtements, leur élocution, et leurs croyances. J’ai appris que nous sommes tous des êtres humains et que nous méritons tous le respect.

En terminant, j’aimerais remercier le BSJ de tout ce qu’ils m’ont donné et de tout ce qu’ils donnent aux autres. Sans eux, je ne serais pas la même personne aujourd’hui. Mes conseillers m’ont traité de façon très respectueuse et m’ont transmis bon nombre des valeurs que je possède encore aujourd’hui.