Brittany

BrittanyÀ l’âge de 14 ans, Brittany vivait avec sa mère et a fait une fugue. Ses amis lui ont parlé du BSJ mais elle ne pouvait pas s’y présenter parce qu’elle était trop jeune et que sa mère n’y consentirait pas. Elle a commencé à vivre avec une amie, où elle est restée pendant environ six mois. Après s’être promenée d’un endroit à un autre pendant plus d’un an, elle s’est retrouvée à l’Abri pour jeunes femmes Evelyn Horne du BSJ, où elle se trouve depuis deux ans, quittant à l’occasion.

Son usage de la drogue est une chose que bon nombre de jeunes de la rue peuvent comprendre : elle consomme de l’ecstasy, de la marihuana et de l’alcool depuis qu’elle vit sur la rue. Toutefois, elle vient d’apprendre qu’elle est enceinte, et elle depuis se débrouille beaucoup mieux sur tous les plans.

« Ça peut sembler vraiment difficile », dit Britanny, « mais tu te dois de rester forte. »

Le BSJ l’aide à se trouver un logement depuis qu’elle s’est présentée à l’abri pour la première fois. Elle figure finalement sur la liste des logements à long terme du BSJ, parce qu’elle attend un enfant. Elle figure également sur la liste d’attente pour participer au Programme parental St. Mary’s, un programme qui croit que les jeunes mères sont en mesure de bâtir une famille forte et saine, et qui les appuie à cet effet.

Britanny fréquente également le Centre de réussite d’Opération rentrer au foyer, et a terminé sa 10e année. « J’ai fait ma 10e année! Jamais je ne pensais y arriver », nous dit-elle en souriant.

La halte-accueil pour jeunes femmes, un programme de deux heures offerts exclusivement aux jeunes femmes après les heures de bureau, a été d’un énorme appui. « Le fait de pouvoir me rendre à cet endroit et de parler ouvertement de questions de femme/fille, sans devoir le faire individuellement, est vraiment quelque chose que j’aime. »

Elle était nerveuse la première fois qu’elle s’est présentée à la halte-accueil du BSJ, ce qui est une réaction commune. « J’étais nerveuse, » se rappelle-t-elle. « Je me disais, qui peuvent bien être ces gens? »

Cependant, elle s’est adaptée à la suite de son entrevue d’accueil en compagnie de Sari, avec qui elle a rapidement développé une relation de confiance.

Et qu’est-ce que l’avenir te réserve?

« Eh bien, une fois le bébé arrivé, je vais me chercher un emploi, et ensuite si je ne me trouve pas un appartement, je vais essayer d’en obtenir un par le biais du Registre de logement social. »

« Tu dois être forte – tu ne peux laisser personne te faire obstacle. Il peut y avoir tellement de théâtre », dit-elle, « et ça peut être difficile à vivre. Cependant, nous devons mettre un terme à la question des sans-abri. Tout le monde devrait avoir un logement. »