21/11/2014

Des leaders communautaires dorment à la belle étoile par une nuit frigide pour mettre fin à l’itinérance juvénile à Ottawa

OTTAWA, 21 novembre 2014—Des jeunes de la région d’Ottawa se sont joints aux leaders de la communauté pour dormir à la belle étoile la nuit dernière dans le but de recueillir des fonds pour lutter contre l’itinérance juvénile à Ottawa. L’activité « Dormir à la belle étoile pour la jeunesse », organisé par le Bureau des services à la jeunesse (BSJ), a recueilli  125 000 $.

Malgré l’arrivée frigide de l’hiver cette semaine, plus de 250 personnes se sont jointes au au chef de police, Charles Bordeleau, au chef des pompiers, John DeHooge, au chef des paramédics, Anthony DiMonte, à la chef de police adjointe, Jill Skinner, au médecin en chef en santé publique, Isra Levy, et à de nombreuses autres personnes pour passer la nuit au froid et mettre la lumière sur l’itinérance juvénile.

« Même si Ottawa est une ville où il fait bon vivre, on y compte environ 1 000 jeunes gens, chaque année, qui n’ont pas d’endroit sécuritaire où dormir, » déclarait Joanne Lowe, directrice exécutive du BSJ. « Nos abris d’urgence comptent environ 30 lits – un nombre insuffisant pour répondre au besoin. »

Cette année, la communauté a déployé des efforts phénoménaux pour recueillir des fonds et mettre la lumière sur cette question. Les participants à Dormir à la belle étoile pour la jeunesse ont recueilli plus de 100 000 $. Les recettes de cette campagne permettent de faire fonctionner les abris d’urgence pour jeunes hommes et jeunes femmes du BSJ. Outre les programmes de logement, le BSJ offre également une halte-accueil, une banque d’alimentation, une clinique médicale et d’autres services pour les jeunes de la rue.

« Chacun a droit à un endroit chaud et sécuritaire où dormir chaque nuit, » déclarait le chef Charles Bordeleau de la Police d’Ottawa. « Les jeunes constituent le segment de la population itinérante qui croît le plus rapidement. Si nous leur prêtons main-forte dès maintenant, nous pouvons leur éviter de devenir itinérants endurcis. »

« J’adore dormir à la belle étoile, » disait un jeune participant. « La différence avec l’itinérance juvénile, c’est qu’ils n’ont pas le choix, et dormir dehors à l’hiver, ce n’est pas une blague. » Les jeunes représentaient une importante partie des participants cette année, provenant de diverses écoles, y compris Sacred Heart, Nepean High School, Ashbury, Glebe, Lisgar, Turnbull, l’Université d’Ottawa, le Collège Algonquin et la Cité collégiale.

La soirée s’est terminée par une annonce importante. Dans le cadre du projet Porte orange, la Fondation Home Depot Canada a contribué 100 000 $ aux efforts du BSJ pour mettre fin à l’itinérance juvénile. « Nous nous engageons à faire en sorte que les jeunes sans abri aient accès à un logement sécuritaire, » de dire Paulette Minard, directrice générale, Fondation Home Depot Canada. « Nous savons qu’en concentrant nos efforts sur les jeunes et le logement, nous pouvons aider les jeunes les plus vulnérables à réaliser leur plein potentiel. »

À propos du Bureau des services à la jeunesse
Le BSJ est un des organismes à but non lucratif au service des jeunes les plus importants et les plus complets à Ottawa. Il offre plus de 30 programmes et dessert, chaque mois, 3 000 jeunes et leurs familles dans des domaines comme l’engagement, le logement et l’itinérance, la santé mentale, la justice pour les jeunes et l’emploi.

-30-

Pour de plus amples informations :

Suzanne Fraser

613-277-7103
sfraser <a> ysb.on.ca

Retour