07/09/2010

C’est plus qu’un simple édifice. Il s’agit d’un élément essentiel pour un avenir meilleur

La somme de 500 000 $ est requise pour reconstruire ces installations qui changent des vies

Ottawa, le 7 septembre 2010—pour des milliers de jeunes vulnérables chaque année, le fait de franchir les portes de la Halte-accueil du centre-ville représente la première fois de leur vie qu’ils se sentent en sécurité, qu’ils ressentent un sentiment d’appartenance et qu’ils connaissent l’espoir pour un avenir meilleur. Aujourd’hui cependant, quatre jeunes sont entrés dans l’édifice, masses en main et casques protecteurs à la tête, pour lancer un ambitieux projet de reconstruction qui fera de ces installations qui changent des vie encore mieux en mesure de répondre aux besoins des 1 500 jeunes à risque par année qui en ont désespérément besoin.

Au 147, rue Besserer, l’emplacement bien connu du Bureau des Services à la jeunesse (BSJ) est logé dans un ancien entrepôt de fourrure de 60 ans qui tombent en pièces et a urgemment besoin de réparations – et nous faisons appel à la communauté pour qu’elle se rallie derrière ces jeunes et les soutient en ce temps de besoin.

Ces jeunes femmes et jeunes hommes risquent de devenir les sans-abris de demain si nous, en tant que communauté, ne leur ouvrons pas la porte vers un avenir meilleur.

Une étude récente effectuée par Yonge Street Mission et Vision mondiale Canada démontre qu’il est moins probable que les jeunes qui vivent sur la rue pendant deux ans quittent ce mode de vie, et que la façon la plus efficace de les aider est de faire en sorte qu’ils trouvent un logement stable et sécuritaire dans les trois premiers mois. Ils ont également déterminé que 40 % des jeunes de la rue souffrent d’un trouble de santé mentale.

La raison pour laquelle la Halte-accueil remporte un tel succès est qu’il s’agit du seul endroit à Ottawa où les jeunes de la rue peuvent facilement entrer dans le système. Il fait en sorte qu’ils interagissent avec des travailleurs auprès des jeunes et des conseillers, et les prépare à franchir les étapes nécessaires pour aborder les problèmes affligent leur vie.

« La Halte-accueil est un élément essentiel qui vise à prendre les jeunes de la rue et à les installer de façon permanente dans des logements sécuritaires et stables, à faire en sorte qu’ils retournent à l’école, et à les aider à trouver un emploi afin de leur donner l’occasion de réaliser leurs rêves », dit Alex Munter, directeur général du BSJ. « Il faut que la communauté nous épaule et ouvre des portes pour les jeunes vulnérables dans la communauté. »

Erica a entrepris son parcours vers un avenir meilleur quand elle s’est présentée à la Halte-accueil.

Vivant sur la rue après s’être évadée de ses parents adoptifs à l’âge de 13 ans, s’adonnant aux drogues pour soulager la douleur et développant des relations qui allaient à l’encontre de sa croissance personnelle, Erica s’est finalement sentie chez elle lorsqu’elle a franchi les portes de la Halte-Accueil. Elle a été en mesure d’accéder à un conseiller en toxicomanie, de visiter une clinique de santé, de retourner à l’école et de trouver un appartement abordable.

« Aujourd’hui, je fais des études collégiales dans le but de devenir une conseillère en toxicomanie, afin de pouvoir aider d’autres qui ont vécu des situations semblables », dit Erica, 18 ans. « Je visite toujours la Halte-accueil sur une base régulière pour subvenir à mes besoins fondamentaux, ainsi que la clinique de santé sans rendez-vous. Le personnel ne porte pas de jugement à mon égard et je peux être moi-même. »

Cependant, pour reconstruire ce centre qui change des vies, il faut vraiment que la communauté se rallie derrière nous maintenant. 

L’édifice tombe en pièces et a urgemment besoin de réparations. Grâce au soutien financier de la communauté, nous serons en mesure de changer un plus grand nombre de vies. Nous demandons aux personnes, aux organismes de bienfaisance et aux citoyens soucieux de donner aux jeunes vulnérables la chance de réussir, et de faire un don aujourd’hui même.

Les gouvernements fédéral et provincial ont promis de verser la somme de 533 000 $ au projet de reconstruction, la Fondation McKesson a généreusement contribué la somme de 25 000 $, et la communauté commence à faire des dons.

La somme de 500 000 $ est urgemment requise et chaque don est important, quelle qu’en soit la somme. Nous demandons à la population de visiter le www.ysb.ca et de faire un don. Il est également possible de communiquer avec la Fondation du Bureau de services à la jeunesse d’Ottawa, au 613 729-1000.

Statistiques

  • Plus de 1 500 jeunes de la rue accèdent à la Halte-accueil chaque année en effectuant plus de 18 000 visites;
  • On estime à 65 000 le nombre de jeunes femmes et de jeunes hommes qui vivent sur la rue au Canada;
  • Les services offerts à la Halte-accueil comprennent : un dîner quotidien, une banque alimentaire, des installations de buanderie et de douche, des conseillers en matière de santé mentale, des conseillers en matière d’emploi, une clinique de santé sans rendez-vous, des soins dentaires, de l’éducation sur VIH/le sida et l’hépatite C, du counseling en matière de toxicomanie et beaucoup plus encore;
  • La clinique sans rendez-vous à l’intention des jeunes de rue est un service unique en Ontario qui rassemblent les soins primaires, le counseling en matière de toxicomanie et le counseling en matière de santé mentale sous un même toit.

-30-

Contact des médias :
Derek Antoine
Bureau des services à la jeunesse d’Ottawa/Fondation de bienfaisance du BSJ
dantoine@ysb.on.ca

Retour