13/01/2009

Le Bureau des services à la jeunesse d’Ottawa divulgue une stratégie visant à réduire les coûts des soins de santé et à améliorer les soins de santé à l’intention des jeunes de la rue

Le Bureau des services à la jeunesse d’Ottawa divulgue une stratégie visant à réduire les coûts des soins de santé et à améliorer les soins de santé à l’intention des jeunes de la rue.

Le 13 janvier 2009 – Ottawa – Le Bureau des services à la jeunesse d’Ottawa divulgue aujourd’hui l’étude la plus complète sur la santé des jeunes de la rue, et décrit une stratégie pratique visant à aborder les besoins cernés.

Ce rapport, compilé par KPMG Canada, souligne les besoins critiques en matière de soins de santé des jeunes de la rue, auxquels on ne répond pas à Ottawa, et puise dans les pratiques éminentes des autres grandes villes canadiennes relativement aux autres modèles possibles de prestation de services.

Solution :
Le rapport du KMPG établit une analyse de cas pour une clinique de santé à l’intention des jeunes, offrant une expertise dans le travail auprès des jeunes, une continuité et une intégralité de soins à l’intention des jeunes de la rue. Non seulement une telle clinique améliorerait-elle considérablement les soins à l’intention des jeunes de la rue, elle pourrait faire économiser au système de soins de santé une somme de l’ordre de 265 000 $ dès sa première année d’existence, en réduisant les risques et en détournant les visites au service des urgences.

Le directeur général du BSJ, M. Alex Munter, affirme que, « en 2003, les jeunes femmes sans abri à Ottawa ont accédé au service des urgences 8 fois plus souvent que les autres membres de la population sans abri. Le rapport du KPMG LLP met la lumière sur un besoin réel dans la communauté, et offre des occasions qui permettraient de faire une différence dans la vie de ce groupe vulnérable. »

Le BSJ demande au gouvernement de l’Ontario de financer ce service élargi à l’intention d’une tranche démographique qui utilise excessivement le système de santé, souvent sans obtenir l’aide dont elle a besoin.

Bien que certains services de santé sont offerts sur une base continue à la halte-accueil depuis 2004, le rapport recommande un service clinique complet, conçu pour répondre aux besoins des jeunes et soulager le stress imposé aux services des urgences des hôpitaux. Malgré que la clinique serait située au BSJ, les services seraient prodigués par le personnel du Centre de santé communautaire Sandy Hill, situé tout près. Ce centre de santé, qui existe depuis 33 ans, offre une gamme complète de services de prévention et de soins primaires, et exploiterait une clinique satellite par l’intermédiaire du BSJ.

Faits saillants du rapport :

  • Les jeunes de la rue vivent des questions complexes relativement à la santé mentale, à la toxicomanie et à la douleur chronique, et ils ont accès à peu de soutiens qui sont favorables aux jeunes en matière de santé, à Ottawa;
  • Les jeunes de la rue affichent des taux plus élevés d’états de santé physiques chroniques, et ils ont des taux de mortalité plus élevés que les jeunes jouissant d’un logement stable;
  • Environ 35 % des visites au service des urgences par les jeunes de la rue auraient pu être acheminées à un système de soins primaires;
  • Les pratiques éminentes dans d’autres villes canadiennes indiquent qu’il est possible d’offrir des services d’une façon efficace par rapport aux coûts, et mieux adaptés aux besoins de cette population vulnérable.

Au sujet du Bureau des services à la jeunesse d’Ottawa (BSJ) :
Chaque mois, 2 500 jeunes ou plus âgés de 12 à 20 ans, ainsi que leur famille, se présentent au BSJ pour obtenir de l’aide. Le BSJ est un organisme sans but lucratif qui offre une vaste gamme de soutiens – des abris d’urgence au soutien en cas de crise de santé mentale, des programmes d’emploi aux installations de garde pour les personnes qui ont des démêlées avec la justice, aux halte-accueils et au logement permanent, des programmes scolaires au counseling individuel/familial.

Retour