28/10/2009

Un organisme de services à la jeunesse et un centre de santé annonce une clinique de santé innovatrice à l’intention des jeunes de la rue

Un organisme de services à la jeunesse et un centre de santé annonce une clinique de santé innovatrice à l’intention des jeunes de la rue

Ottawa, le 28 octobre 2009—Aujourd’hui, le Bureau des services à la jeunesse (BSJ) et le Centre de santé communautaire Côte-de-Sable (CSCCDS) ont ouvert les portes d’une clinique de santé à l’intention des jeunes de la rue. Le partenariat unique de ces deux organismes et l’approche innovatrice rassemble les soins primaires, les services de santé mentale et le traitement de la dépendance en un endroit.

« Il s’agit d’un partenariat merveilleux : les connaissances du BSJ relativement aux jeunes, combinées à l’expertise du Centre de santé communautaire Côte-de-Sable en matière de santé amélioreront l’accessibilité et l’efficacité des soins à l’intention des jeunes de la rue », explique le directeur général du BSJ, Alex Munter. « Il s’agit d’un groupe qui fait un usage disproportionné du système de soins de santé, mais qui est souvent insuffisamment desservi. »

« Le Centre de santé communautaire Côte-de-Sable se voit honoré de travailler en collaboration avec le Bureau des services à la jeunesse et le Réseau local d’intégration des soins de santé Champlain sur un projet tellement innovateur qui servira la communauté locale », dit David Gibson, directeur général du CSCCDS. « Notre mission est d’offrir l’accès à des soins de santé et d’améliorer la santé des résidents de la localité. Cette clinique de santé offre l’intégration unique de services sous un même toit—à un endroit pratique, pour les jeunes de la rue. »

« La clinique constitue un investissement important dans les soins de santé à l’intention d’une population grandement dans le besoin », dit le Dr Robert Cushman, directeur général du Réseau local d’intégration des soins de santé Champlain. « Le projet aborde un certain nombre de priorités en matière de santé dans notre région – améliorer l’accès aux soins primaires, renforcer les services dans les domaines de la santé mentale et de la dépendance, et réduire le nombre de visites non nécessaires au service des urgences. »

En janvier, le Bureau des services à la jeunesse d’Ottawa et le Centre de santé communautaire Côte-de-Sable ont fait appel au gouvernement de l’Ontario pour le financement d’une clinique de services de santé à l’intention des jeunes, qui amélioreraient les services et permettrait d’alléger le fardeau imposé sur le système de soins de santé.

Le Réseau local d’intégration des soins de santé Champlain, au moyen de sources de revenu réalignées et nouvelles, a fourni la somme de 250 000 $ pour l’ouverture et le fonctionnement de la clinique de santé. Cet investissement apportera davantage de soins préventifs et d’autres services importants à un groupe vulnérable de jeunes.

« Ces services sont grandement requis et tant attendus », dit Alex Munter, directeur général du BSJ. « Nous sommes reconnaissants du soutien offert par le gouvernement de l’Ontario, par l’intermédiaire du Réseau local d’intégration des soins de santé Champlain, pour la création et le fonctionnement de cette clinique. Il s’agit d’un bon départ pour un service qui, nous en sommes sûrs, s’adaptera et s’épanouira de façon à répondre aux besoins des jeunes, tout en allégeant le fardeau sur les services d’urgence et d’ambulance. »

Des soins de santé de qualité représentent beaucoup plus que les soins de base qui peuvent être difficilement accessibles par les jeunes de la rue. Il importe également de fournir aux jeunes les soutiens dont ils ont besoin pour améliorer leurs chances de devenir des adultes heureux et en santé. Cette clinique de santé offrira des services comme les soins d’une infirmière praticienne, l’aide aux jeunes qui n’ont pas de carte Santé, et les services de responsables de cas dans les domaines de la dépendance et de la santé mentale.

Renseignements généraux :

Un rapport compilé par KPMG Canada en janvier a permis de constater que :

  • Les jeunes de la rue vivent des problèmes complexes en matière de santé mentale, de dépendances et de douleur chronique, et ont recours à peu de soutiens conçus pour leurs besoins.
  • Cette tranche démographique affiche des taux de mortalité plus élevés que ceux des jeunes qui jouissent d’un logement stable.
  • Environ 35 % des visites au service des urgences par les jeunes de la rue auraient pu être dérouté vers le système de santé primaire.
  • D’importantes initiatives dans d’autres villes canadiennes démontrent qu’il est possible d’offrir des services d’une façon plus efficace par rapport aux coûts, et sensible aux besoins de cette population vulnérable.

Selon les recherches en matière de meilleures pratiques, KPMG Canada a recommandé que le gouvernement de l’Ontario finance un service élargi à l’intention des jeunes de la rue, qui offrira de l’expertise sur la façon de composer avec les jeunes, une continuité des services et des soins complets.

KPMG Canada a également déterminé qu’une telle clinique ne ferait pas qu’améliorer les soins dispensés aux jeunes de la rue, elle permettrait également au système de soins de santé d’économiser une somme pouvant atteindre 265 000 $ dès sa première année, en réduisant les risques et en détournant les visites au service des urgences.

Retour